Quel statut choisir pour créer une nouvelle activité ? © Getty Images

Quel statut choisir pour créer une nouvelle activité ?

2 janvier 2019

Vous êtes salarié, sans emploi ou jeune retraité, et vous souhaitez créer votre propre activité ? Plusieurs solutions existent pour vous lancer en tant qu’indépendant.

La microentreprise 

Ce statut (ex-autoentrepreneur) est ouvert aux activités artisanales, commerciales ou libérales, mais peu adapté au commerce en boutique (pas de récupération de TVA), ou aux activités artistiques payées en droits d'auteur. L’immatriculation peut se faire en ligne au moyen d’un formulaire. 
  • Avantage : une comptabilité allégée, avec un régime social et fiscal simplifié. Le calcul des cotisations et des impôts correspond à un pourcentage de votre chiffre d'affaires. Si vous ne gagnez rien, vous ne payez rien.
  • Inconvénient : il est limité à un chiffre d’affaires annuel de 170 000 € HT pour la vente de marchandises et de 70 000€ HT pour une activité libérale ou des prestations de services (en 2018).

Le portage salarial

Ce dispositif vous permet de tester une activité sans créer d’entreprise. Vous passez par une société intermédiaire dite de « portage salarial » qui, en échange d’une commission, se charge de facturer vos clients et vous reverse un salaire. Conseillé pour la formation, l'informatique et le conseil, ce statut n’est pas possible pour les activités commerciales et de services à la personne. 
  • Avantage : vous bénéficiez de la couverture sociale, de la retraite et de l’assurance chômage des salariés. Vous êtes libéré des charges administratives.
  • Inconvénient : vous devez retirer de votre revenu les cotisations sociales salariales et patronales à hauteur de 45 %, auxquelles s’ajoute la commission de la société de portage entre 5 et 15 %. 
 

L’entreprise individuelle

Si vous optez pour la création d’une entreprise individuelle, privilégiez l’un de ces deux statuts : Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée - EURL -, ou Entrepreneur individuel à responsabilité limitée - EIRL. Vous devrez verser un capital de départ limité (à partir de 1 €), mais vous immatriculer en remplissant des formalités complexes (déclarer les statuts, faire paraître une annonce légale, etc.). 
  • Avantage : vous mettez votre patrimoine personnel à l’abri en cas de difficultés.
  • Inconvénient : vous avez plus de formalités à remplir et devrez déposer vos comptes annuels au greffe du tribunal de commerce. 
 
 
Sollicitez des aides
Avant de vous lancer, renseignez-vous sur les aides à la création d'entreprise. Si vous êtes demandeur d’emploi, vous pouvez avoir droit à l’Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d'entreprise - ACCRE. Si vous êtes salarié, la chambre de commerce vous conseillera notamment sur le congé pour création d’entreprise.