Mise en place de coefficients majorant et minorant la retraite complémentaire © Getty Images

Mise en place de coefficients majorant et minorant la retraite complémentaire

20 mai 2019

Le 1er janvier dernier, les régimes Agirc et Arrco ont fusionné afin de préserver et simplifier le fonctionnement du système de retraite obligatoire pour les salariés cadres et non cadres du secteur privé.

Afin de contribuer à cet équilibre financier, les partenaires sociaux ont accepté la mise en place de mesures ayant pour objectif d’inciter les salariés à travailler plus longtemps afin de différer leur départ à la retraite d’au minimum un an. Il s’agit du dispositif de minorations et de majorations temporaires.
 

Un système basé sur l’âge de départ à la retraite

Jusqu’à présent, pour percevoir votre retraite à taux plein, vous deviez partir à l’âge légal de la retraite – soit 62 ans dans la majorité des cas – et avoir validé un certain nombre de trimestres en fonction de votre année de naissance (166 pour les personnes nées en 1955). 
 
Aujourd’hui, il est toujours possible de liquider votre retraite à l’âge où vous atteignez le taux plein, mais votre pension complémentaire subira une minoration de 10 % les trois premières années, ou jusqu’à vos 67 ans. C’est le « coefficient de solidarité ». Votre retraite complémentaire vous sera ensuite versée intégralement.
 
Toutefois, si vous partez un an après votre âge d’obtention du taux plein, votre retraite complémentaire sera versée entièrement, sans minoration. De plus, votre retraite sera majorée pendant 1 an, si vous décidez de décaler votre départ :
  • + 10 % si vous partez 2 ans après votre âge de taux plein  
  • + 20 % si vous partez 3 ans après votre âge de taux plein 
  • + 30 % si vous partez 4 ans après votre âge de taux plein 
La minoration et la majoration temporaires s’appliquent sur le montant brut de l’allocation, à savoir la pension de retraite et les éventuelles majorations familiales et majorations pour ancienneté.


Qui est concerné ?

Tous les futurs retraités du secteur privé qui bénéficient d’une retraite à taux plein au régime de base, qui sont nés depuis le 1er janvier 1957, qui liquident une retraite de droits directs et demandent leur retraite complémentaire depuis le 1er janvier 2019 sont concernés par ce nouveau système. Les futurs retraités relevant des dispositifs carrières longues, incapacité permanente ou du régime de base de Monaco, de Nouvelle-Calédonie et de Saint-Pierre-et-Miquelon sont également concernés à compter de 60 ans.
 
Sachez néanmoins que la minoration de 10 % ne s’appliquera pas si  :
  • vous êtes salarié en situation de handicap, déclaré inapte au travail, aidant familial, ayant élevé un enfant handicapé ou mère de famille ouvrière ayant élevé 3 enfants ;
  • vous percevez votre retraite complémentaire sous forme de capital ;
  • votre retraite complémentaire est totalement exonérée de CSG ;
  • vous avez 67 ans ou plus ;
  • vous liquidez les droits Agirc-Arrco avec un abattement définitif pour âge ou pour carrière courte  ;
  • vous relevez de la profession minière.

Les personnes qui bénéficient d’une retraite progressive ou qui prennent leur retraite avec une minoration définitive ne sont pas concernées par ce dispositif. 

Vous ne bénéficiez pas non plus de la majoration si :
  • vous percevez votre retraite sous forme de capital ;
  • vous bénéficiez d'une retraite progressive ;
  • vous liquidez les droits Agirc-Arrco avec un abattement définitif pour âge ou pour carrière courte  ;
  • vous relevez de la profession minière.
Par ailleurs, si vous décidez de prolonger votre activité salariée, vous continuez de cumuler des points de retraite complémentaire et vous pouvez bénéficier dans certains cas d’une surcote de votre régime de base.
 

En savoir plus

Un simulateur est disponible sur votre espace personnel du site Agirc-Arrco.