Perte d’autonomie : quelles solutions pour demain ?

9 juin 2017

La 9è édition du Débat autonomie, organisé par l’OCIRP (organisme commun des institutions de rente et de prévoyance) le 24 janvier, a révélé les résultats du dernier Baromètre Autonomie. L’occasion de revenir sur un enjeu majeur pour notre société et le quotidien des personnes concernées.

Avec l’allongement de la durée de vie, nous sommes tous de plus en plus confrontés à la perte d’autonomie de personnes âgées de notre entourage. C’est pour cette raison que le sujet devient une préoccupation pour chacun  et est perçu comme « un sujet important ou primordial » par plus de 77% des Français . Face à cet enjeu, 78,9% des personnes interrogées estiment «qu’il faut se prémunir contre ce risque », et paradoxalement, la même proportion déclare ne pas être protégée. Or le risque peut s’anticiper. 

Des solutions à repenser

Selon le Baromètre Autonomie 2017 de l'OCIRP, 76,2% des personnes interrogées plébiscitent le maintien à domicile par rapport au placement en Ehpad et ce, pour 2 raisons principales : tout d’abord son coût est moindre (1 800€ mensuels en moyenne à domicile, contre 2 500€ par mois en Ehpad), et il assure une continuité du cadre de vie. Pour cette raison, les objets connectés (bornes d’appel, détecteurs de flammes, robots…) représentent un gisement de solutions pour demain. Ils permettent un meilleur maintien à domicile, plus sécurisé. Le secteur de la Silver Economie est d’ailleurs en pleine expansion avec un marché estimé à 92 milliards d’euros et la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement de la population du 28 décembre 2015 prévoit l’adaptation de 80 000 logements ainsi qu'un accès facilité aux nouvelles technologies (téléassistance, domotique). En revanche, il devient désormais plus compliqué d’organiser un maintien à domicile reposant sur l'aide quotidienne de la famille en raison des contraintes géographiques, financières et professionnelles qui pèsent sur les aidants.

Le déficit de la Sécurité sociale et l’allongement de l’espérance de vie nous poussent à trouver de nouveaux modes de financement en complément des éventuelles aides sociales soumises aux conditions de ressources. Le niveau d’épargne des Français est certes élevé, mais il sert essentiellement à constituer l’héritage des enfants et petits-enfants. Il faut donc envisager les choses différemment.

 

Ce qu’il faut retenir du Baromètre Autonomie 2017 de l’OCIRP

  • 67,4% des Français sont pour une réforme favorisant un financement durable du risque de perte d’autonomie mise en place entre 2017 et 2022.
  • 65,3% des Français pensant que le risque de perte d’autonomie doit être assuré par la solidarité nationale complétée par une incitation à une assurance complémentaire.
  • 59,8% des aidants pensent qu’une assurance ou une assistance spécifiques sont utiles.
  • 47,4% des Français pensent que la famille peut aider les personnes en perte d’autonomie au quotidien.
  • 69% des salariés pensent que l’aide aux aidants relève de la responsabilité de l’employeur.

Les principales attentes des aidants :

  • Aménagement des horaires (84,3%)
  • Maintien des droits sociaux (81,4%)
  • Renforcement de l’aide au répit (80,4%)
  • Création de congés rémunérés (55,9%)